ARDT Auvergne

Agence au service des territoires

Publié le 18/11/13 par Henri Talamy

SUCCESS STORY : TRED’ART, en seulement deux ans ils ont conquis l’Amérique !

La French Touch’ ne s’est jamais aussi bien exportée outre-Atlantique. Si ce « label », initié par les prodigieux Daft Punk, était jusqu’alors cantonné à la haute couture ou à la musique électronique, il concerne aujourd’hui plus globalement un certain « art de vivre de à la Française ». La tendance ? Le mobilier design. C’est là que TRED’ART entre en scène. Retour sur l’ascension fulgurante de cette entreprise créée par deux amis de lycée à Clermont-Ferrand.

Il était une fois…

Deux garçons, David Romero et Eric Seguinotte, qui se rencontrent en formation de chaudronnier au lycée Roger CLAUSTRE de Clermont-Ferrand. Ils y apprennent leur métier premier : travailler le métal. Tandis que leurs mains s’activent, leurs esprits créatifs vagabondent et aboutissent à la même certitude : le métal peut servir à bien d’autres choses que son utilisation première.

Le concept

Ils décident de mettre à profit leur maitrise du métal et leur créativité dans la conception de mobilier design. Mais attention, nous ne parlons pas ici de meubles pseudo design aux noms alambiqués (à consonance scandinave… par exemple) et produits à grande échelle. Non. Chez Tred’Art il s’agit de pièces uniques. D’ailleurs chaque meuble chez eux est une œuvre. On s’aperçoit encore une fois combien la frontière entre l’artiste et l’artisan est perméable.

Version Luxe Originale

Bien qu’ils aient fréquenté le même lycée, les deux jeunes hommes ont une approche différente et complémentaire de leur métier, ce qui va donner une vraie valeur ajoutée au fruit de leur collaboration. Au niveau de la conception ils s’aventurent hors des sentiers battus et osent des assemblages de matières, de textures et de couleurs inédits. Leurs créations n’ont de limites que les frontières de leur imagination : c’est un vaste continent qu’ils commencent à peine à explorer.

Comment ça marche ?

Leurs meubles, principalement des fauteuils, sont fabriqués en 3 étapes : d’abord l’IDEE (cette petite lumière qui va jaillir dans l’esprit de David ou d’Eric), ensuite vient le DESSIN (crayonné puis transposé en 3D), enfin l’ATELIER : des heures à tracer, couper, souder, marteler pour arriver au résultat final : un modèle Unique façonné à la main dans un équilibre délicat et raffiné.

L’accompagnement de l’ARDTA 

Ce beau projet n’aurait jamais vu le jour sans le soutien actif de l’ARDTA (Agence Régionale de Développement des Territoires d’Auvergne). Inscrit dans le cadre d’un accompagnement à moyen terme, une « résidence longue d’entrepreneur », le projet TRED’ART a bénéficié d’un appui financier (prise en charges de loyers les premiers mois, allocation d’un SMIC aux deux jeunes hommes pendant 4 mois), administratif (étude de marché, business plan, réseau professionnel, etc.), mais également humain : David et Eric ont été suivis par un « parrain » qui leur a fait profiter de ses connaissances ainsi que de son réseau pour les aider à lancer leur projet.

Un dispositif efficace

Depuis sa mise en place en 2006, le dispositif des « résidences d’entrepreneurs » porté par l’ARDTA a permis à plus d’un millier d’entrepreneurs d’être accompagnés dans leurs démarches. Une étude réalisée récemment a montré que 83 % des concernés sont toujours en Auvergne. Force est de constater qu’une fois encore l’accompagnement de l’ARDTA a porté ses fruits puisque TRED’ART connaît depuis deux ans une notoriété croissante et un développement remarquable.

TOUT LE MONDE EN PARLE !

Bon d’accord, peut-être pas tout le monde, mais tout de même leur palmarès est impressionnant !

Full Metal Success

Cette année ils ont remporté, entre autres, le Concours Talents de la création d’entreprise (catégorie artisanat, concours organisé par le BGE, réseau national d’appui aux entrepreneurs), une récompense méritée quand ont sait qu’un de leur fauteuil peut nécessiter jusqu’à 200 heures de travail ! La réputation du binôme, relayée par les médias, les réseaux sociaux ou le bouche à oreille, s’est propagée comme une trainée de poudre et il n’aura pas fallu longtemps pour que Tred’Art s’exporte à l’international.

Sur son créneau haut de gamme, la petite entreprise déploie ses ailes et propose ses créations en Russie, aux Emirats Arabes… et aux même aux Etats-Unis !

C’était écrit

En nommant un de leur fauteuil « Xmen », on aurait du se douter que les deux créateurs finiraient un jour par atterrir dans les studios hollywoodiens. C’est chose faite. Et sur les plateaux de la compagnie de production Warner Bros. s’il vous plait ! Depuis quelques jours ils ont déposé leurs valises et leurs œuvres à Hollywood où se tient justement un salon consacré à ce fameux « art de vivre à la française ». Ils avaient déjà dans leur carnet de commande le producteur de Rihanna, ou encore le rappeur Lyl Wayne… tout laisse à penser que leur répertoire de stars va encore s’étoffer, de même que leur chiffre d’affaire ! Une superbe opération pour les deux auvergnats qui l’espace de quelques jours vont jouer les princes à Bel Air.

Article rédigé par Frédéric Capmartin

 

  Articles associés

Livre d'Or de la plateforme Accueil

Ces témoignages qui font chaud au cœur et valorisent le travail des acteurs sur le […]

Vos réactions

Nombre de commentaires : 0 Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour publier un commentaire.

Articles récents

Accueil de nouveaux arrivants

La Démarche Qualité

 

Newsletter Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles !

Mentions légales - Contact - Conception IRIS interactive

Actu Live